Réf ed0005 - L. Dubois éditeur, Granville

Carte postale de 1901-1903.

L'hôtel "Edenville", premier bâtiment édifié dans les mielles, a été construit en 1884 par Mr Berdin.
Un demi-siècle et plusieurs constructions plus tard le nom "Edenville" fut choisi pour désigner ce nouvel hameau situé sur la commune de Bouillon.

Au fond, à gauche, nous distinguons la pointe du Pignon Butor et le toit surélevé de la buvette du Chalet-Bleu.

 

Carte postale d'avant 1906.

Vue générale de Carolles-Plage au pied du Pignon Butor avec la villa "Belle Rive" sur la gauche. Nous retrouvons l'hôtel "Edenville" sur la droite, situé lui sur la rive droite du Crapeu donc sur Bouillon.

Entre les deux nous devinons la courbe du Crapeu, partant du bouquet d'arbres sur la gauche, traversant le chemin central et continuant derrière l'hôtel en longeant la mer.

 

Réf ca0314 - ND Phot

Réf ca0170 - Charlet éditeur, Carolles

Carte postée en 1912.

Sur la gauche, au milieu des dunes, sortant d'un taillis et se dirigeant vers les villas, nous retrouvons le Crapeu qui continue son cours vers Jullouville séparant les 9 villas du bord de mer, situées sur Carolles-plage, des autres situées sur Edenville.
A gauche encore, dans les dunes à la limite de la plage, on distingue un petit abri en bois, probablement un gabion de douanier.

Carte postale d'avant 1903.

Une autre vue de l'hôtel "Edenville" et des villas du bord de mer. Sur la gauche, après l'hôtel, la première de celles-ci est la villa "Capharnaüm" reconnaissable à sa tour carrée.

Sur la droite, un bouquet d'arbres qui poussent au pied de la côte de la plage.

Réf ca0315 -J. Puel, phot

Réf ca0316 -J. Puel, phot

A peu près la même vue, également prise depuis l'avenue des Pêcheurs, mais peu plus sur la gauche.
Nous découvrons le bas de la côte de la plage avec quelques piétons et retrouvons le bouquet d'arbres derrière lequel on devine maintenant l'hôtel de la Plage.

La rangée d'arbustes qui traverse horizontalement la photo marque le cours du Crapeu qui passe sous la côte de la plage à cet endroit.

Vue depuis la colline de la Névourie.

Au premier plan, l'hôtel de la Plage devant lequel passe la petite route empierrée menant à Jullouville.

Sur le côté gauche de l'hôtel, l'avenue de la Plage mène à la villa "Capharnaüm" puis sur le sable.
Sur la droite, parallèle à l'avenue de la Plage se trouve l'avenue de la Mer et, entre les deux, l'avenue des Tamaris desservant les villas du bord de mer. Devant l'avenue des Tamaris un très grand jardin cultivé signale la présence du Crapeu.

Réf ed0070 - J. Puel, phot

Réf ed0006 - Collection M.P., Avranches

L'hôtel de la Plage qui, contrairement à ce qui est indiqué sur la carte postale, ne se trouve pas à Carolles mais à Edenville.

L'hôtel, qui avait des chambres avec vue sur mer, faisait également office de café et de restaurant.

Sur la gauche, nous retrouvons l'avenue de la Plage et apercevons la villa "Capharnaüm".

Cette carte, postée en 1910, est surtout très intéressante parce que nous y voyons les berges du Crapeu qui passe sous l'avenue de la Plage, là où il y a un petit arbre au premier plan sur la gauche.

En suivant l'avenue de la Plage en direction de la colline de la Névourie, entaillée par les travaux du chemin de fer, nous retrouvons l'hôtel de la Plage.

Réf ca0073 - J Puel Phot

Réf ca0317

Vue sur quelques villas idéalement placées sur le bord de mer à Carolles-plage.

Pas encore de digue à cet endroit. Une digue collective sera construite à la fin des années vingt.

A droite, deux personnes en uniforme. Peut-être deux douaniers en train de faire leur ronde.

Quelques nom de villa, de gauche à droite:
- Roche Claire puis Ondine, accolée et légèrement en retrait.
- 37 avenue des Tamaris
- 35 avenue des Tamaris, avec un grand balcon clair
- Saint-Pierre, au toit à 4 pentes
- La suivante, à la façade mexicaine et au deux balconnets, a été détruite (emplacement de la villa les Sansonnets)
. L'entrée de l'avenue de la Mer
- 27 avenue des Tamaris
- l'Abri, très basse
- Une grande villa avec une imposante cheminée centrale, maintenant séparée en deux villas : les Fougères et les Menettes
- 11 avenue des Tamaris

Cette postée le 8 novembre 1918, soit seulement trois jours avant l'armistice. Un extrait : "Allons ! Encore un coup de collier, mon brave pote !! et après c'est le triomphe".

Réf ca0321 - Charlet, éditeur

  Visite suivante
  Visite précédente
  Retour Accueil